Brâme du cerf

Publié le par Eric Breyton

Ma première sortie d'observation du brâme du cerf a été l'occasion de voir 4 de ces animaux dans une forêt du Vercors. Les photos qui illustrent cet article ont été prises en sous bois, au crépuscule, la lumière manque et malgré la montée en Iso (1600), le monopode et le stabilisateur sur le 100/400 la plupart sont floues, les animaux ayant bougé pendant le déclenchement. J'ai voulu tout de même vous les montrer pour illustrer l'émotion que j'ai ressentie.

Lors de la marche d'approche sur le chemin forestier j'entendais déjà au loin les premiers raires. Des traces multiples dans les sous bois, des bruits de branches me confirment la présence des grands ongulés.

C'est la toute première fois que je les entends brâmer et mon émotion est intense. Au moins 3 cerfs différents s'expriment dans ce vallon.

Je ne veux pas déranger les animaux sur la place de brâme et mon intention est de me dissimuler en vue d'un des sentiers d'accès et de compter sur la chance pour rencontrer cerfs ou biches.

Les sentes sont nombreuses dans ce sous-bois et je choisis de m'approcher d'une petite clairière qui me donnera un peu de visibilité.

Les cerfs se répondent dans les vallons en contrebas, invisibles mais très présents.

Je m'installe à bon vent près d'un bosquet de  jeunes hêtres et écoute les raires parfois très proches.

Une forme marron apparaît puis disparaît en lisière de la clairière, je n'ai pas vu s'il s'agissait d'un cerf ou d'une biche.

Soudain un cerf débouche dans la clairière, il est en face de moi à 20 mètres au plus et je n'ai rien entendu, quelle discrétion !

 

 

Il n'est pas dérangé par le bruit de l'appareil mais flaire le vent .

 


Je découvre un deuxième cerf dans la clairière, les deux cerfs sont derrière un arbuste.

 

 

Je pense un instant qu'ils vont engager le combat mais le nouvel arrivant quitte les lieux sur ma droite.

 

 

Lentement suivi par le premier.

 

 

Un troisième cerf, plus jeune fait une apparition furtive à gauche, je suis mal placé et je n'ai pas le temps de le cadrer. Lorsque mon attention se porte à nouveau devant moi je découvre une biche et un quatrième cerf !

 

 

Le cerf fait des avances à la biche qui s'éloigne dans le bois, elle réapparait quelques instants plus tard.

 

 

Le cerf n'a pas de succès dans ses avances, il est alerté par le passage de randonneurs bruyants plus haut sur le chemin et s'éloigne dans la forêt.

La biche reste vingt bonnes minutes en alerte à fixer les fourrés dans ma direction, elle a dû percevoir quelque chose, je ne bouge pas d'un pouce, les bruits m'ont surpris en position difficile, je suis assis sur mon talon droit et ma jambe tétanise…

J'attrape très lentement le tronc du hêtre le plus proche pour soulager le poids sur mon pied et j'attends que la biche se détourne, elle est du genre patiente. La nuit tombe et je ne distingue presque plus sa silhouette lorsqu'enfin elle me libère en repartant dans le bois.

Publié dans Balades et affûts

Commenter cet article

meloblues (manu) 09/10/2008 23:19

Jolie histoire....j'en ai vécu une similaire. C'est un instant magique. Malheureusement j'ai eu un plantage informatique et j'ai perdu mes clichés.Bon courage à toi et bonne chance pour tes prochaines observations.

Guillaume 30/09/2008 18:40

Merci de ce reportage ; ca me rappelle pleins de souvenirs... Je n'ai plus guère l'ocasion maintenant hélas - Y'a pas de cerfs dans ma région et le temps me manque pour aller où je sais qu'il y en a... Dans le centre par exemple. Bien cordialeent et merci de la visite chez moi

Raphaël D. 30/09/2008 14:56

Bonjour Eric,Je découvre ton blog, ayant parcouru celui de Cédric Girard (Aube Nature).Merci de partager ces images qui ont été prises dans des conditions difficiles. Le brâme du cerf reste un moment magique qui peut sensibiliser chacun à la préservation de le biodiversité.Bonne continuation!