Bouquetins de Noël 2008

Publié le par Eric Breyton

Cette année encore j'ai profité des congés de Noël pour monter voir les bouquetins, les chutes de neige en altitude ont poussé les animaux à descendre vers les vallées et c'est la période du rut.

A peine arrivé sur place, j'aperçois ce mâle qui se détache sur une arête rocheuse.

 

 

Il n'est pas question pour moi de tenter de le rejoindre, mes talents d'alpiniste sont bien inférieurs aux siens.

C'est donc vers les pentes d'éboulis au pied de cette falaise que je me dirige, la grimpette est rude, surtout quand on veut éviter de faire trop de bruit.

 

La lumière du soleil n'est pas encore arrivée sur ce versant mais les bouquetins sont bien présents, c'est un mâle dans la force de l'âge qui m'accueille.

 

 

Le soleil passe enfin par-dessus la crête et illumine les graminées.

 

 

La pente est très forte et même le bouquetin se déplace avec prudence.

 

 

Un peu plus haut c'est une étagne avec son cabri qui broute parmi les herbes.

 

 

Je les avais aperçus dans la falaise et j'espérais bien les retrouver par là.

 

 

 

 

L'étagne donne des signes d'inquiétude, je les laisse donc poursuivre leur repas  tranquilles.

 

Encore un peu plus haut c'est un grand mâle qui m'observe.

 

 

Il se dirige vers l'étagne pour lui faire des avances mais elle ne semble pas intéressée. Je suis mal placé pour les voir et ne peux me déplacer sans faire rouler des pierres, il vaut mieux que je m'éloigne pour les laisser à leurs amours.

Plus loin je tombe sur 2 mâles qui broutent les graminées, ils ne m'ont pas entendu, ni senti, je m'installe donc contre un arbre mort pour les attendre. Le plus vieux me découvre le premier, il m'observe un moment puis décide que je ne représente pas de danger et continue son repas.

 

 

Le plus jeune se montre plus inquiet et m'observe longuement.

 


 

Puis, rassuré sans doute par l'attitude de son ainé, il se remet à brouter.

 

En cherchant un endroit pour casser la croûte, je trouve cette vieille étagne, avec des cornes impressionnantes.

 

 

Un beau mâle l'accompagne dans ses déplacements.

 

 

Encore plus haut, j'aperçois un cabri, c'est en grimpant pour tenter de l'approcher que je croise la route de ce mâle, il a vu ou senti les étagnes et tente une approche amoureuse.

 

 

 

Malheureusement pour lui les étagnes restent de glace.

 

 

L'une d'elles me jette un regard en coin.

 

 

Elle est accompagnée d'un très jeune mâle et d'un cabri de l'année.

 

 

Le grand mâle entreprend l'ascension de la falaise.

 

 

Rejoint par la petite troupe.

 

 

C'est lors de la descente que je découvre cette femelle et son petit qui m'observent.

 

 

 

 

Un autre mâle broute en arrière plan.

 

 

Plus bas je retrouve les 2 mâles de ce matin, c'est l'occasion de faire un portrait sur fond de cimes enneigées.

 

 

Un dernier grand et vieux mâle se trouve sur mon chemin.

 

Eric Breyton

Publié dans Bouquetins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

barrot pierre 21/05/2010 23:55



j'adore cette seri mais quelle methode de camouflage utilisé vous affut approche avec quels habit ??



Eric Breyton 22/05/2010 08:51



Pour les bouquetins, pas de vêtements particuliers, bien que tout mes habits de rando soient de couleur "neutre".


Le secret réside dans le respect lors de l'approche de règles simples : dés que tu les vois tu  te poses un bon moment, accroupi ou assis par terre, ils vont t'observer sans le
montrer vraiment.


Ensuite tu essaies d'approcher très lentement, toujours accroupi, en te servant du terrain pour te dissimuler en partie, de fréquentes pauses sont nécessaires, le bouquetin ne
réagit pas comme les autres ongulés, son stress est peu visible, n'essaie pas de suivre un groupe qui s'éloigne, même lentement, tu les ferais fuir. Mon impression est qu'ils ne fuient
pas s'ils te juge non dangereux par ta lenteur de déplacement.


Au fil du temps j'apprends a trouver où ils vont aller et je me place aux alentours de cet endroit.


Les mâles ne réagissent pas comme les étagnes qui sont plus difficiles à approcher.


On a passé 4 ou  5 heures avec un groupe de mâles samedi dernier, à 2 photographes, ils ont finis par s'endormir autour de nous.


C'est une bonne période pour les observer, ils ne sont pas trop montés en altitude, penses tout de même qu'ils ont un besoin vital de se refaire une santé après un hiver qui a été
rude pour eux, le respect de l'animal est donc plus que jamais de mise.


A+ Eric



Christophe 04/01/2009 16:35

Bonjour Eric,Un reportage passionnant accompagné de magnifiques photos. Un balade de rêve, bravo et merci pour le partage!!!

mpcreation 30/12/2008 13:12

De magnifiques images comme je les aime.Merci de nous offrir ces rencontres magiques.

Coralie 30/12/2008 11:02

C'est une très belle série, surtout avec ce soleil et ce beau ciel bleu!

Wolf 29/12/2008 19:38

SAlut, Très belle série... les dernières (femelle et petit) sont vraiment craquantes...de tte beauté!Bravo et Meilleurs voeux pour 2009WOlf