Chamois de fin d'hiver

Publié le par Eric Breyton

J'ai rendu visite aux chamois en cette fin d'hiver, histoire dévaluer l'état des animaux après cet hiver bien chargé en neige.


Je suis accueilli au sommet à l'aube par le grand corbeau.




Le vent vient de l'ouest, assez fort, je me dirige donc vers l'est pour contourner la montagne par le bon coté, la neige gelée est bien porteuse, le soleil émerge juste derrière la barrière alpine, ce sont toujours des moments magiques à vivre.


Un chamois me surprend, il grimpe au dessus de moi, je n'ai pas le temps d'esquisser un geste qu'il a disparu, il me faut grimper sur cette crête pour le retrouver.

Je monte à la façon des alpinistes, face à la pente de neige en creusant pour chaque pied des marches dans la neige, je fais beaucoup de bruit et doute un instant de retrouver les chamois en haut.

Ce sont des crottes fraiches qui m'accueillent au débouché de la pente.




Ils sont là, a quelques mètres, deux chèvres qui redescendent en 3 secondes ce que j'ai eu tant de mal a gravir !




Finalement j'en vois 4 qui s'en vont tranquillement dans la combe






Je décide de contourner le sommet par l'est, j'ai vu tout à l'heure une silhouette de chamois d'en bas et je vais tenter de l'approcher.


Manque de chance le chamois se dirige droit vers moi, je n'aurais que le temps d'apercevoir ses cornes avant qu'il se détourne.




C'est une petite chevrée qui prend le galop sur vingt mètres avant de poursuivre tranquillement son chemin.





Les animaux sont en bon état sanitaire apparemment, je me refuse à les suivre parce que ça les dérangerais trop, les animaux n'aiment pas qu'on les poursuive.

 Les chances de faire de belles photos sont de toute façon égales à zéro avec une chevrée sur le qui-vive.


J'attends donc qu'ils se soient éloignés avant de suivre leurs traces pour descendre en direction d'un autre secteur.


Je prends le temps de boire un thé brulant, de mettre les raquettes au pieds et de monter mon boitier sur la crosse d'épaule que j'ai achetée chez Jama, je n'ai pas eu encore le temps de la tester en conditions de terrain.


Je me remets en chemin, fait 4 mètres et tombe encore nez à nez avec un chamois !




L'ensemble crosse et appareil "monte" très instinctivement à l'épaule, bien calé ça me permet de faire une bonne rafale de cet animal qui est aussi surpris que moi :




Recadrée parce que trop centrée








Elle (puisque c'est une chévre) plonge au petit trot dans une combe à l'ombre.


Je poursuis mon chemin vers un autre secteur en croisant une trace fraiche de renard. Jamais aperçu dans le coin celui là, pourtant j'ai souvent vu des traces.




Une autre chevrée se détache sur une crête, le terrain m'est favorable, le vent pour moi, je tente une approche lente.


Pendant que je montais, les animaux se sont dirigés vers des plaques d'herbe dégagée par le vent, je ne suis pas repéré et les suit de loin en m'abritant dans les replis du terrain.




Ils disparaissent derrière une crête, ce qui me permet de me rapprocher



Un petit vol d'accenteurs alpins cherche sa nourriture dans les rochers.




J'ai recadrée cette image qui m'évoque la silhouette d'un rapace.





La crosse est bien pratique, il faut juste éviter de déclencher par mégarde lors des déplacements.




Juste au débouché de la crête un des chamois me repère





Je me dissimule un moment et le laisse vaquer à ses occupations

Lorsque je reprends l'approche je parviens dans le dos d'un chamois, il est à l'ombre mais ne m'a pas vu.




Je recule précautionneusement, sa position sur le versant à l'ombre ne donnera pas de belles images, il vaut mieux le laisser tranquille.

En retournant vers mes raquettes que j'avais quittées pour ramper plus commodément sur la neige, je m'aperçois que le reste de la chevrée m'a contourné par le sud.




Je tombe aussitôt à genoux et ne bouge plus du tout, le temps qu'il faudra pour qu'ils voient que je ne représente pas un danger.

A ce moment là ils sont en plein dans mon vent et doivent forcément sentir mon odeur, le vent est fort et régulier, peut être 50 à 60km/heure.


Le cabri à l'air en pleine forme, le poil bien épais, à cet âge là, dans leur premier hiver, ils arrivent à prendre du poids pendant l'hiver, tandis que les adultes en perdent.






Sa mère l'entraine vers les zones déneigées pour essayer de trouver encore quelques brins d'herbe. Ces quelques plaques sont pelées comme une moquette rase, il est temps que la neige commence à fondre sinon les animaux devront se rabattre sur la forêt pour trouver de quoi se nourrir.




Un dernier regard vers moi et il la suit tranquillement.




Eric Breyton

Publié dans Balades et affûts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

photographe de mariage 10/04/2009 17:05

Tes photos sont vraiment magnifique ! C'est vraiment beau de voir des animaux en liberté !

Loïc 13/03/2009 07:51

Le chamois que tu trouves trop centré ne me gêne pas du tout. L'attitude du chamois se prête bien à ce genre d'image, l'oeil se focalise sur lui.Super série...Amicalement,Loïc

Dargaud 12/03/2009 16:21

Bonjour Eric,
Je viens de passer un agréable moment à visiter votre site . J'ai ainsi pu revivre avec vous ces merveilleux instants de plaisir en compagnie des vautours , sangliers , chevreuil , et bouquetins .Merci pour ces beaux reportages . Je me permets de vous mettre dans mes favoris et vous invite à visiter mon blog :http://observateurnature.blog50.com ; Avec toute ma sympathie . Gérard

martine melocco 07/03/2009 20:09

Bonsoir , quelle belle ballade tu nous offres!Bravo pour toutes ces photos.A+.Martine.

cathy B 05/03/2009 19:56

Un beau photo reportage haletant! Merci pour l'évasion en montagne.

Eric Breyton 05/03/2009 21:17


Que de compliments ! Merci à tous, c'était un grand plaisir de "les" revoir, je n'étais pas monté depuis cet automne, "ils" me manquaient...